Qui suis-je?

Lorsque je naquis à Bergerac en Dordogne et par un beau jour de décembre, mon père était mobilisé dans l’Infanterie Alpine et se trouvait dans les Alpes françaises face à la frontière italienne. Ma maman, restée seule, me mit au monde avec pour compagnie sa propre mère, ma grand-mère Marguerite. Veuve depuis 1918 celle-ci avait rejoint sa fille à l’occasion de ma naissance.

Je passai donc ma première enfance dans la totale ignorance des trains, qui, à cette époque, ne partaient jamais à l’heure, arrivaient n’importe quand et sautaient parfois!

Pourtant, j’avais passé en août 1940, la ligne de démarcation dans un train, et dans les bras de ma chère mère, innocent fardeau par elle exposé à la pitié des Teutons qui la laissèrent passer sans Aussweiss! Revenant de Bretagne où l’exode l’avait conduite, elle allait retrouver à Bergerac son cher mari récemment démobilisé.

Ce n’est qu’en décembre 1945, âgé de 6 ans, que je pus enfin, consciemment, voyager dans un train tracté par une machine à vapeur non identifiée par mes soins (regrets éternels…) pour aller de Bergerac à Paris via Libourne, à l’occasion du mariage du frère cadet de mon père. Souvenirs émus de fumées, d’escarbilles, de visage et mains noircis…

Passons quelques années: installés à Versailles depuis 1948, mes parents et leurs 5 enfants pratiquaient les voyages en trains de banlieue vers Paris St Lazare. Non loin de cette gare, mon père découvrit un jour le Passage du Havre ; et alors… et alors…?

Arrivèrent à la maison une loco électrique Märklin, des wagons, deux voitures CIWL, des rails AU MÈTRE (ça existait déjà, à fixer par agrafage sur des socles en contreplaqué formant le ballast) et c’était parti!

Je ne retrouvai mon premier réseau que pendant les vacances scolaires… J’étais en effet « en pension » comme on disait à l’époque: à Pontigny dans l’Yonne (liaison vers Laroche-Migennes par un autorail en ruine, peut-être un Billiard?), puis à Rouen (liaison avec Paris Saint-Lazare en train rapide), et Elbeuf près de Rouen, où je passais les dimanches chez mon grand-père, en empruntant un « omnibus » avec voitures IIIème classe des années 1930.
Enfin tout ça pour expliquer ma passion et mon vice: la traction-vapeur telle qu’elle s’est pratiquée entre les années 1860 et 1960!

Les années passent, études d’ingénieur, l’Algérie (merveilleux train à voie métrique de Pérrégaux à Colomb-Bechar), et le retour en « métropole », mariage (tout)-contre une délicieuse Néerlandaise, trois enfants dont un fils « ingrat » qui ne s’intéressait au train que pour faire des accidents « face à face » et m’a cassé sans doute un peu de mon vieux matériel!

Tout cela sur fond de carrière d’ingénieur électricien, qui tourna vite à la passion du commerce de biens d’équipements, dans un grand groupe industriel constructeur de matériel électriques (Merlin Gerin pour ne pas le citer).
La découverte de l’informatique personnelle vers 1978 avec le ZX-81 de Sinclair m’ouvrit de nouveaux horizons.
Dégoûté rapidement de ce matériel peu fiable je m’offris au bout d’un an mon premier Apple][ ! Ce fut tout de suite la passion, et cela dure encore aujourd’hui. C’est à cette occasion que je pus satisfaire aisément une autre passion: la simulation de pilotage aérien. Accro dès l’origine du premier Flight simulator je suivis l’évolution de ce produit jusqu’à sa disparition du monde Apple! Mais je n’allais pas me laisser abattre (c’est le cas de le dire) et je découvris rapidement l’existence d’autres produits portés sur Mac (Falcon etc…) jusqu’à l’apparition de X-Plane que j’utilise depuis avec toujours autant de plaisir.

Enfin dès 1997, une grande maison à Toul où je m’octroie une pièce de 6x5m pour installer « le train ».
Et c’est ainsi que je réalisai mon rêve à 57 ans: le réseau est visible (en partie…) ICI  sur ce site.

Ce réseau a duré près de dix ans, puisqu’en 2007 nous avons décidé de quitter la Lorraine et notre (trop) grande maison pour revenir, en Dordogne, habiter un appartement à Périgueux. La taille de l’appartement ne permettant plus d’avoir mon réseau à la maison, je dus me séparer de tout mon matériel, vendu à différents acheteurs. Heureusement je reçus un accueil chaleureux de la part du Club local de Modélisme ferroviaire  » Meriller-Vapeur 24  » dont j’ai créé le Site internet.

Pour le reste, depuis le début des années 2000 et mon départ en retraite, je suis très occupé, je lis beaucoup (des romans: Dickens, Giono, Yourcenar, Balzac, Jules Verne, Jean Ray et bien d’autres…).
J’adore le jazz (étudiant, j’ai joué de la contrebasse en orchestre de jazz), la musique dite classique (mais qui est simplement belle), le cinéma américain années 40/70, et surtout, j’utilise mon MacIntosh à toutes les sauces.
J’ai établi la généalogie familiale, j’ai navigué sur les canaux de France tant que ce fut possible, je fais de la photo numérique, j’adore mes petites filles Elodie, Emilie, Clara et Lucie Lou (la dernière) qui me le rendent bien, bref je suis un homme heureux…
… et je vous remercie de l’attention portée à ce site personnel, ou je parle un peu (trop?) de moi !

 

Page mise à jour le 07-04-2021